Les procès-verbaux du Bureau des longitudes

Procès-verbal de la séance du 5 novembre 1862

Title Procès-verbal de la séance du 5 novembre 1862
Rédacteur Yvon Villarceau, Antoine Joseph François (1813-1883)
Contexte Registre 1860-1867 (copies)
Date 1862-11-05
Identifier C1860_1867_147
Format 26,1 x 38,7 cm; image/jpeg;
Publisher Bureau des longitudes; Observatoire de Paris; Laboratoire d'Histoire des Sciences et de Philosophie - Archives Henri Poincaré (UMR 7117 CNRS / Université de Lorraine);
Rights CC BY-SA 3.0 FR
Transcription

Procès verbal de la séance du 5 novembre 1862

Présidence de M. le Maréchal Vaillant.

 

Le procès verbal de la séance précédente est lu et adopté.

L'ordre du jour appelle la discussion du rapport et des propositions que la commission a présentées dans la dernière séance.

Sur l'invitation du président, le rapporteur donne de nouveau lecture des propositions.

M. Liouville fait remarquer l'importance scientifique des travaux géodésiques : il rappelle que c'est grâce aux belles mesures de Picard que Newton induit d'abord en erreur par de fausses évaluations du rayon terrestre a reconnu la justesse de ses vues sur l'attraction. Il discute ensuite la question des attractions locales et approuve sur ce point les vues de la commission.

M. le Maréchal Vaillant désire être nettement renseigné sur l'étendue des travaux proposés par la commission, sur l'ordre dans lequel ils devront être exécutés et sur leur durée probable.

Les membres de la commission donnent à ce sujet quelques explications : D'abord il ne s'agit pas de reprendre les travaux si longs et si coûteux de la triangulation, mais seulement de compléter l'ensemble des opérations géodésiques par de nouvelles [barré : observations] déterminations astronomiques en un nombre limité de stations. En ce qui concerne les latitudes, il importerait de commencer par les stations australes de la Méridienne, à partir de Carcassonne ou même d'Evaux [Evaux-les-Bains]. En qui concerne les longitudes, c'est sur le parallèle de Brest à Strasbourg qu'il conviendrait de poster toutes les ressources dont le Bureau pourra disposer. Enfin, en ce qui concerne le prolongement de cet arc jusqu'à la triangulation Russe, les opérations supposent qu'un concert pourra être établi pour cet objet entre le gouvernement Français et les gouvernements étrangers et c'est là un des points dont la commission s'est le plus attachée à signaler l'urgence.

Répondant à la dernière question de M. le Maréchal Vaillant, M. Mathieu rappelle les observations du Pendule qu'il a faites avec M. Biot par ordre du Bureau des Longitudes sur le parallèle moyen depuis Bordeaux jusqu'à Fiumes [Rijeka, en italien Fiume]. Il évalue à un mois la durée du séjour qu'il a fait à cette époque en chaque station, et il fait remarquer que les observations astronomiques se faisant de nuit et celles du pendule se faisant pendant la journée, ces dernières n'augmenteraient nullement la durée des opérations.

Sur le paragraphe relatif aux attractions locales, M. le Colonel Peytier dit que le nivellement général qui s'exécute en ce moment par ordre du Ministre des travaux publics fournira en quelques points les documents nécessaires. Un autre membre cite la carte de Cassini, les grands nivellements du Dépôt de la Guerre, les travaux exécutés en beaucoup de points par les Ingénieurs des Ponts et chaussées et par les compagnies de chemins de fer. Quant aux reconnaissances géologiques, on a la carte géologique de la France, et celles de plusieurs départements, dues au zèle des ingénieurs des Mines et l'on compterait au besoin sur le zèle des savants géologues de ce corps qui résident en province. Sur les côtes les cartes hydrographiques de Dépôt de la Marine suffiraient probablement pour la partie maritime.

Relativement à la comparaison des règles géodésiques réclamées par la commission, l'un de ses membres donne des détails sur l'appareil de comparaison établi par M. Brunner dans ses ateliers. Il ajoute qu'un grand nombre de règles géodésiques étrangères n'ont pas été comparés directement à la toise du Pérou qui est la véritable unité géodésique acceptée presqu'universellement et qui est en rapport direct avec le mètre. Les erreurs qui peuvent en provenir ne sont nullement négligeables, et le concert qui tend à s'établir en divers pays pour de prochaines opérations géodésiques offrira une occasion toute naturelle d'organiser une comparaison générale des règles géodésiques avec l'étalon admis jusqu'ici. Néanmoins le Bureau a décidé que cette proposition devait être reportée à la fin des conclusions et fondue avec celle qui est relative aux études des instruments et des méthodes d'observations.

Quelques membres s'inquiètent de l'emplacement qui pourrait être assigné à l'observatoire exclusivement géodésique réclamé par la commission : mais on s'accorde à penser qu'il serait prématuré de s'arrêter à cette question : elle serait réglée ultérieurement de concert avec le Dépôt de la Guerre.

Le dernier article demande que le rapport soit adressé au Ministre de l'Instruction publique et au Ministre de la Guerre. Le Bureau décide qu'une seule copie sera adressée au Ministre de l'Instruction publique mais que M. le Président fera connaître à S. Exc que le vœu du Bureau est que ce rapport soit également communiqué à son collègue. Le Bureau décide en outre que mention expresse de cet incident sera faite au Procès-verbal.

La discussion des articles étant terminée, M. le Président met aux voix le rapport et ses conclusions ainsi modifiées. Le rapport et les conclusions sont adoptés à l'unanimité.

La séance est levée.

Signé Faye

Pour copie conforme

Le Secrétaire Yvon Villarceau

Type de document Procès-verbal
Président de la séance Vaillant, Jean-Baptiste Philibert (1790-1872 ; Maréchal)
Transcripteur Muller, Julien
Collection Registre 1860-1867 (copies)
Citation “Procès-verbal de la séance du 5 novembre 1862”, 1862-11-05, Les procès-verbaux du Bureau des longitudes, consulté le August 18, 2019, http://purl.oclc.org/net/bdl/items/show/10305
FR751142302_006_020525_A.jpg
FR751142302_006_020526_A.jpg
FR751142302_006_020527_A.jpg