Les procès-verbaux du Bureau des longitudes

Procès-verbal de la séance du 19 novembre 1862

Titre Procès-verbal de la séance du 19 novembre 1862
Contexte Registre 1860-1867 (copies)
Date 1862-11-19
Rédacteur Yvon Villarceau, Antoine Joseph François (1813-1883)
Identifiant C1860_1867_149
Format 26,1 x 38,7 cm; image/jpeg;
Éditeur Bureau des longitudes; Observatoire de Paris; Laboratoire d'Histoire des Sciences et de Philosophie - Archives Henri Poincaré (UMR 7117 CNRS / Université de Lorraine);
Droits CC BY-SA 3.0 FR
Transcription

Procès verbal de la séance du 19 novembre 1862

Présidence de M. le Maréchal Vaillant

 

Le procès verbal de la séance précédente est lu et adopté.

Le Secrétaire analyse les diverses publications astronomiques et météorologiques  déposées sur le Bureau. [texte effacé et barré] M. Laugier rend compte au nom de la commission des dépenses auxquelles conduiraient l'exécution des travaux géodésiques proposés par le Bureau. M. le Colonel Peytier donne à ce sujet des renseignements puisés dans les anciens travaux astronomiques du corps des Ingénieurs géographes.

Ces questions doivent être reprises dans une prochaine séance et traités avec plus de développements. M. le Maréchal Vaillant insiste pour que les chiffres soient précisés et que les propositions du Bureau en ce qui concerne l'établissement géodésique projeté soient nettement formulées.

M. l'amiral Mathieu indique comme emplacement l'établissement consacré aux études sur les phares quai des Billy[1]. Si cet emplacement était agréé, il se mettrait volontiers en communication avec M. Reynaud président de la Commission des phares pour préparer une entente à ce sujet.

Un membre fait observer que le terrain dont les ponts et chaussées disposent n'est pas très étendu et que la Commission des Phares peut avoir besoin à un instant donné d'établir des machines motrices pour ses grands générateurs de lumière électrique.

M. le Maréchal Vaillant indique successivement le Trocadéro, le Château de Meudon et celui de Versailles : il engage la Commission à examiner de près la question et à présenter au Bureau un devis détaillé.

M. Faye signale l'intérêt des stations voisines des Pyrénées au point de vue d'une difficulté singulière qui s'est présentée à plusieurs reprises dans les grandes opérations géodésiques à savoir : la faiblesse innattendue [inattendue] de l'attraction qu'exercent certaines grandes chaînes de montagnes sur le fil à plomb. L'arc indien par exemple ne présente pas de trace bien décidée de l'attraction de la chaîne du Himalaya. Opinion de M. Airy à ce sujet. Autre explication basées sur le retrait et l'augmentation de densité de l'écorce terrestre par suite de son refroidissement. Aux chaînes de montagnes répondraient intérieurement des lacunes remplies par des matières non encore refroidies de la masse interne, matières dont la densité serait inférieure à celle de l'écorce antérieurement solidifiée.

M. Delaunay fait observer que les théories géologiques actuelles sont plutôt basées sur l'écrasement des parties faibles de l'écorce terrestre que sur la production de larges fissures par voie de retrait.

M. le Maréchal Vaillant fait remarquer les basses températures qui existent au fond des mers, et M. Foucault ajoute que les lignes d'égale température interne doivent être irrégulières. M. Faye exprime l'opinion que c'est dans ces phénomènes qu'on peut espérer de trouver l'explication d'une autre contradiction géodésique qui s'est manifestée sur une grande échelle entre les longueurs des pendules observées, soit sur les continents, soit sur des îles éloignées des continents. Le refroidissement de l'écorce terrestre suit en effet dans les océans qui communiquent largement avec les mers polaires d'autres lois  que sur les continents. Il se peut que l'épaisseur plus grande de l'écorce terrestre dans l'hémisphère océanique comprenne l'enhaussement des grandes masses continentales sur l'hémisphère opposé.

Le président revenant à la question de l'attraction des Pyrénées rappelle que du côté de la grande méridienne la chaîne des Pyrénées s'abaisse beaucoup. Il entame au sujet de la forme de cette chaîne de la disposition de ses contreforts et des altitudes relatives de ses principaux sommets, une discussion à laquelle prennent part M. Laugier, MM. Mathieu et M. le colonel Peytier.

La séance est levée.

Signé Faye

Pour copie conforme

Le Secrétaire Yvon Villarceau

Type de document Procès-verbal
Président de la séance Vaillant, Jean-Baptiste Philibert (1790-1872 ; Maréchal)
Transcripteur Muller, Julien
Collection Registre 1860-1867 (copies)
Citer ce document “Procès-verbal de la séance du 19 novembre 1862”, 1862-11-19, Les procès-verbaux du Bureau des longitudes, consulté le 16 juillet 2018, http://purl.oclc.org/net/bdl/items/show/10307
FR751142302_006_020528_A.jpg
FR751142302_006_020529_A.jpg