Les procès-verbaux du Bureau des longitudes

14 floréal

Titre 14 floréal
Contexte Cahier 1797-1804
Date 1799-05-03
Rédacteur La Lande, Jérôme de (1732-1807)
Membres présents Delambre, Jean-Baptiste (1749-1822); Laplace, Pierre-Simon de (1749-1827); Buache de La Neuville, Jean-Nicolas (1741-1825); Lagrange, Joseph-Louis (1736-1813); Fleurieu, Charles-Pierre Claret de (1738-1810); Bougainville, Louis Antoine de (1729-1811); Méchain, Pierre (1744-1804); La Lande, Jérôme de (1732-1807); Caroché, Noël-Simon (1740-1813); Bouvard, Alexis (1767-1843); La Lande, Jérôme de (1732-1807);
Identifiant O1797_1804_121
Format 12,5 x 19,7 cm; image/jpeg;
Éditeur Bureau des longitudes; Observatoire de Paris; Laboratoire d'Histoire des Sciences et de Philosophie - Archives Henri Poincaré (UMR 7117 CNRS / Université de Lorraine);
Droits CC BY-SA 3.0 FR
Transcription

298e assemblée

14 floréal an VII

[3 mai 1799]

 

[Lalande rédige]

Lalande propose de donner la Connaissance des tems au C. Sorlin[1] qui calcule les longitudes, latitudes et angles de positions des 600 étoiles principales. Item Plauzole, Leuwenhorn[2] et Lespinosa[3].

Lettre de Flaugergue qui annonce un envoi d'observations et de calculs.

On attendra pour l'Annuaire l'établissement du nouveau mètre, le récépissé des trois instruments qu'on lui a envoyés. Il a reçu la lunette de nuit, il cherchera des comètes dès que le beau temps reviendra. Les occultations calculées confirment les corrections du C. Laplace.

On a plusieurs lettres sur l'élection indiquée ; après longue discussion, on a ajourné l'élection.

On discute la manière de calculer la Connaissance des tems de l'an XI.

 

[Signatures] Delambre, Laplace, Buache, Lagrange, Fleurieu, Bougainville, Méchain, Lalande, Caroché, Bouvard.



[1] Mathématicien originaire de Tournon, astronome à Viry, élève de Lalande et de Delambre, il travailla sur les tables lune, réalisa des tables pour la Connaissance des temps puis collabora aux calculs de l'Histoire Céleste de Lalande.

[2] Paul de Löwenhorn (1751-1826), lieutenant de vaisseau dans la Marine française pendant la guerre d'Amérique, avait fait des campagnes avec Verdun de la Crenne et le comte d'Estaing, et était membre de l'Académie de Marine de Brest. Rappelé en Danemark en 1781, il fit un voyage horloger, et fut envoyé en mission hydrographique au Groenland, après avoir été nommé capitaine de frégate et directeur du Dépôt des cartes de la Marine de Copenhague. Avec trois officiers pour l'assister, il leva pendant quatorze ans les côtes de Norvège depuis Trondheim jusqu'à la Suède, ce qui aboutit à la publication de sept grandes cartes (1800-1806). Il fut à l'origine de la création du Bureau des longitudes de Copenhague, et fut élevé au grade de contre-amiral. Auteur en 1810-1812 d'un Routier du Kattegat, d'un Routier de la mer du Nord, des descriptions de la Norvège, de l'Islande et des îles Féroé, d'un Planisphère des étoiles de l'hémisphère boréal (1822)… Il resta particulièrement lié au Dépôt de la Marine de Paris pour qui il traduisit systématiquement ses ouvrages.

[3] José Espinosa y Tello de Portugal (1763-1815), admis comme garde-marine en 1778, passa en 1783 à l'observatoire de Cadix, et prit part à la levée des cartes hydrographiques depuis Fontarabie jusqu'au Ferrol, et rejoignit en 1790 en Amérique le navigateur Alessandro Malaspina. Il détermina les positions de la Vera Cruz, de Mexico, d'Acapulco, continua ses observations astronomiques dans la cordillère des Andes, au Chili, dans le Pacifique, la mer des Indes. Après son retour (1794), il fut promu secrétaire de la division hydrographique générale. Dès 1789, on avait institué à Madrid un établissement pour le dépôt des planches de l'Atlas maritime de l'Espagne dressé sous les ordres de Vicente Tofino : Espinosa fut chargé en 1797 de les corriger, avec d'autres officiers comme Bauza et Ferrer. En 1799, il avait terminé la révision de tous les grands ouvrages du dépôt, qu'il dirigea officiellement à partir de 1800. Ministre secrétaire de l'Amirauté en 1807, il refusa de prêter allégeance au roi Joseph Bonaparte et s'exila à Londres, où il poursuivit ses travaux sur les mers du sud et les Antilles, et fut rétabli dans sa charge en 1814.

Type de document Procès-verbal
Transcripteur Feurtet, Jean-Marie
Collection Cahier 1797-1804
Citer ce document “14 floréal”, 1799-05-03, Les procès-verbaux du Bureau des longitudes, consulté le 18 juin 2018, http://purl.oclc.org/net/bdl/items/show/294
FR751142302_006_000219_A.jpg