Les procès-verbaux du Bureau des longitudes

Séance du mercredi 7 novembre 1849

Titre Séance du mercredi 7 novembre 1849
Contexte Volume 1844-1853
Date 1849-11-07
Rédacteur inconnu
Identifiant O1844_1853_329
Relation C1845_1859_253
Format 17,6 x 23,8 cm; image/jpeg;
Éditeur Bureau des longitudes; Observatoire de Paris; Laboratoire d'Histoire des Sciences et de Philosophie - Archives Henri Poincaré (UMR 7117 CNRS / Université de Lorraine);
Droits CC BY-SA 3.0 FR
Transcription

Séance du mercredi 7 novembre 1849

 

On lit le procès-verbal de la séance précédente : il est adopté.

Il est donné lecture d'une lettre par laquelle M. le conservateur de la bibliothèque du Louvre demande au Bureau quelques volumes de l'Annuaire et de la Connaissance des temps qui manquent à sa collection. M. le président charge M. Mathieu de voir ce qu'il est possible de faire pour répondre favorablement à cette demande.

M. Perrée [sic], professeur à la faculté de Dijon, avait présenté au Bureau un mémoire sur la détermination des orbites des comètes ou des planètes : le Bureau décide, sur la proposition de M. Liouville, qui conjointement avec M. Mauvais avait été chargé d'examiner le mémoire, qu'il sera imprimé dans les additions à la Connaissance des temps pour l'année 1852.

On parle d'un niveau construit récemment par M. Brunner sur les même principes que les niveaux de Gambey et qui est peut-être d'un maniement plus facile.

Il est question des quelques résultats obtenus par M. d'Abbadie[1] et M. Rochet d'Héricourt pendant leurs voyages en Abyssinie.

La séance est levée à 4 h. 30.



[1] Antoine Thomson d'Abbadie, né à Dublin en 1810 d'une mère irlandaise et d'un père basque émigré, mort à Paris en 1897, passa ses premières années en Angleterre avant que sa famille ne s'établisse à Toulouse en 1820, puis à Paris en 1828. Il s'embarqua en 1836 pour le Brésil, où Arago et Becquerel l'avaient chargé d'étudier les variations diurnes de l'aiguille aimantée ; durant deux mois, il réalisa 2000 observations au couvent Saint-François d'Olinda, sur l'équateur. Une fois de retour, et pendant onze années, il se consacra à l'exploration des pays éthiopiens et à la recherche des sources du Nil, tout en faisant office de missionnaire catholique. Il y inventa une méthode de relèvement dite « géodésie expéditive » et créa un théodolite d'un type nouveau, l'aba. A la fin de 1848, s'engage une période de travail de cabinet, sans toutefois envisager la rédaction d'une grande somme ; il fit encore diverses missions scientifiques, à Frederiksvoern pour l'éclipse de 1851, à Bougsoul d'Algérie en 1867, en Castille en 1869… Auteur de travaux sur la langue basque, constructeur de l'observatoire d'Abbadia.

Type de document Procès-verbal
Transcripteur Feurtet, Jean-Marie
Collection Volume 1844-1853
Citer ce document “Séance du mercredi 7 novembre 1849”, 1849-11-07, Les procès-verbaux du Bureau des longitudes, consulté le 11 décembre 2018, http://purl.oclc.org/net/bdl/items/show/3028
FR751142302_006_005063_A.jpg