Les procès-verbaux du Bureau des longitudes

Séance du mercredi 1 juin 1853

Title Séance du mercredi 1 juin 1853
Rédacteur inconnu
Contexte Volume 1844-1853
Date 1853-06-01
Identifier O1844_1853_531
Relation C1845_1859_442
Format 18 x 24,7 cm; image/jpeg;
Publisher Bureau des longitudes; Observatoire de Paris; Laboratoire d'Histoire des Sciences et de Philosophie - Archives Henri Poincaré (UMR 7117 CNRS / Université de Lorraine);
Rights CC BY-SA 3.0 FR
Transcription

Séance du mercredi 1er juin 1853

 

On lit le procès-verbal de la séance précédente : il est adopté.

Le Bureau reçoit le numéro 861 des Nouvelles astronomiques, et les Annales de l'observatoire de Munich pour 1853.

M. Arago communique l'extrait d'une lettre de M. Walz [sic] concernant la situation actuelle de M. Chacornac à l'observatoire de Marseille. Il présente au nom de M. Walz les éléments de la nouvelle planète Phocea, des tableaux relatifs aux observations météorologiques faites en 1851, et un spécimen des cartes écliptiques exécutées par un photographe de Nîmes d'après les observations faites à l'observatoire de Marseille.

M. de Gasparis a donné le nom de Thémis à la nouvelle planète qu'il a découverte à Naples le 5 avril, et M. Arago annonce que M. de Humboldt qui, à la prière de M. Luther, devait choisir le nom de la planète découverte à l'observatoire de Bilk, propose celui de Proserpine.

On parle d'une nouvelle détermination de la différence de longitudes entre Greenwich et Cambridge au moyen du télégraphe électrique par MM. Airy et Challis.

M. Babinet annonce qu'il a soumis son thermomètre à maxima et minima à de nouvelles épreuves : il estime à ¼ de degré l'erreur à craindre lorsque l'instrument a été convenablement rectifié.

Il est question des recherches de M. Chasles relatives à la construction de la courbe du troisième ordre assujettie à passer par neuf points donnés. Au moyen d'une construction géométrique, l'auteur résout un problème qui, traité analytiquement, dépendrait de la solution de neuf équations du premier degré à neuf inconnues.

On parle des températures de diverses sources thermales et en particulier de celle d'une source située en Afrique, aux environs de Bone, qui est de 97,5°. Circonstance d'autant plus extraordinaire qu'il n'existe aucun volcan à proximité : les eaux contiennent de l'arsenic. M. Arago fait observer que si la température de cette source avait été autrefois plus considérable encore qu'aujourd'hui, l'eau serait sortie à l'état de vapeur et que les auteur anciens, saint Augustin entre autres, n'auraient pas manqué de rapporter un fait aussi remarquable. On peut donc conclure de là que la température de cette source n'a pas diminué de 2° depuis 2000 ans.

M. Arago annonce que pendant l'éclipse annulaire de soleil qui doit avoir lieu le 6 juin prochain, il fera faire à l'Observatoire des observations magnétiques, afin de rechercher encore une fois si ce phénomène, conformément à une observation de M. Lyon, professeur à Beaune, exerce une influence sur l'intensité magnétique. 

Type de document Procès-verbal
Transcripteur Feurtet, Jean-Marie
Collection Volume 1844-1853
Citation “Séance du mercredi 1 juin 1853”, 1853-06-01, Les procès-verbaux du Bureau des longitudes, consulté le November 18, 2019, http://purl.oclc.org/net/bdl/items/show/3226
FR751142302_006_005384_A.jpg
FR751142302_006_005385_A.jpg