Les procès-verbaux du Bureau des longitudes

Bureau des Longitudes - Séance du 18 février 1891

Title Bureau des Longitudes - Séance du 18 février 1891
Rédacteur Tisserand, Félix (1845-1896)
Contexte Volume 1891-1895
Date 1891-02-18
Membres présents Tisserand, Félix (1845-1896); Bouquet de La Grye, Anatole (1827-1909);
Identifier O1891_1895_009
Format 17,1 x 24,5 cm; image/jpeg;
Publisher Bureau des longitudes; Observatoire de Paris; Laboratoire d'Histoire des Sciences et de Philosophie - Archives Henri Poincaré (UMR 7117 CNRS / Université de Lorraine);
Rights CC BY-SA 3.0 FR
Transcription

Bureau des Longitudes – Séance du 18 Février 1891.

Présidence de M. Bouquet de la Grye.

Le procès-verbal de la dernière séance est lu et adopté.

Le Bureau reçoit :

Comptes-rendus 6

Bullet. adm. 943

Bullet. météorol. 41-48

Nature 1111

Observatory 172

Monthly Notices 3

Ciel et Terre 22-23

Astr. Nachr. 3019

Wochenschrift 2-5

Annales de Delft, T. VI, 2ème Livraison

Société scientifique de Mexico, 3 et 4

Bulletin de Tacubaya, 2

Geological survey, 1888 ;

id. 9e Rapport annuel, et Monographs I,

id. Bulletin 58-64.

Norske Nordhaus Expedition, XX Zoologie.

Bureau Veritas. - Décembre

A l'occasion d'un article paru dans l'Observatory, [barré : M. Bassot] on parle de la détermination récente de la longitude Paris-Greenwich. M. Bassot exposera la situation dans la prochaine séance ; le résultat français, critiqué par les astronomes anglais, ferme très bien le polygone des longitudes internationales.

M. Mouchez, à propos de la date de deux cartes chinoises, qu'il a de la peine à fixer, demande que l'on mette dans l'Annuaire la concordance avec le calendrier chinois.

M. Loewy répond que c'est décidé déjà pour l'Annuaire de 1892. M. Mouchez parle ensuite des petites planètes ; le Berliner Jahrbuch ne les calcule plus ; on a cessé de les observer à Greenwich, et si cela continue, on sera obligé de [barré : le] faire de même à l'observatoire. Il serait cependant regrettable de les abandonner ainsi. Le Bureau ne pourrait-il pas faire faire quelques calculs, pour les planètes les plus intéressantes ?

M. Loewy rappelle que le Bureau a demandé un crédit spécial, <indispensable> pour continuer les éphémérides ; mais on ne l'a pas encore obtenu.

M. Loewy communique le nouveau modèle des éphémérides d'étoiles pour la Connaissance des temps ; on a ajouté au bas de chaque page, comme on l'avait demandé, la précession, la variation annuelle, et le mouvement propre.

M. Cornu rappelle qu'un simple examen des nombres donnés par M. Fowler, pour prouver la duplicité de Véga, lui avait montré que les petites irrégularités constatées devaient provenir d'erreurs d'observations ; c'est ce qui vient d'être confirmé par M. Vogel. Quand on emploie, comme M. Fowler, un prisme devant l'objectif, il faut un mouvement d'horlogerie d'une perfection absolue ; autrement, pendant des poses de 30 minute, les raies se doublent ou se triplent.

M. Fizeau revient sur l'objectif qu'il propose de placer près du bain de mercure dans l'appareil de M. d'Abbadie pour les variations de la verticale, et dit qu'on en peut déduire des conclusions [barré : sur] permettant de décider si les variations constatées proviennent de mouvements <de torsion ou de flexion> dans l'appareil, ou de variations de la verticale. Seulement, on ne peut pas affirmer que ces variations de la verticale s'étendent aux couches profondes du globe, ou si elles sont produites par un déplacement en bloc de toute la montagne sur laquelle l'observatoire est situé.

M. Loewy reconnaît qu'on peut obtenir des indications utiles ; mais on ne peut pas décider jusqu'au bout, parce qu'il y a trois causes de variation, et seulement deux observations.

M. Cornu donne quelques explications au tableau, et un dessin de l'appareil.

M. d'Abbadie rappelle que, ce qui rend probables les changements de la verticale, c'est qu'on les a constatés dans plusieurs localités avec des appareils différents. Il a eu seulement deux coïncidences, mais qui sont insuffisantes pour porter un jugement définitif : un jour, lui et son aide ont constaté avec deux instruments différents, la même variation au même instant. M. Nobile a trouvé à Naples un minimum de la latitude au mois de Mai 1885 ; M. d'Abbadie a trouvé aussi un minimum le 13 Mai de cette année là.

Du reste, la proposition de M. Fizeau est excellente, et M. d'Abbadie compte la réaliser ; seulement, il croit qu'il sera difficile d'avoir les deux images à la fois dans le champ du microscope. MM. Fizeau et Cornu expliquent la façon d'obtenir ce résultat.

M. Cornu donne quelques détails sur sa communication de lundi à l'Académie <au sujet de> [barré : sur] la discussion qui s'est élevée relativement à la direction des vibrations dans la lumière polarisée.

M. Bassot offre au Bureau une publication récente du Coast Survey ; c'est la relation des observations de la gravité, faites aux îles Sandwich ; il y a dans la brochure une carte des îles où l'on peut voir la station projetée pour y étudier les variations de la latitude.

La séance est levée à cinq heures.

Le secrétaire,

F. Tisserand

Type de document Procès-verbal
Président de la séance Bouquet de La Grye, Anatole (1827-1909)
Transcripteur Muller, Julien
Collection Volume 1891-1895
Citation “Bureau des Longitudes - Séance du 18 février 1891”, 1891-02-18, Les procès-verbaux du Bureau des longitudes, consulté le August 18, 2019, http://purl.oclc.org/net/bdl/items/show/4439
FR751142302_006_008438_A.jpg
FR751142302_006_008439_A.jpg
FR751142302_006_008440_A.jpg
FR751142302_006_008441_A.jpg