Les procès-verbaux du Bureau des longitudes

Rapport de l'Ingénieur en Chef du Service du Nivellement général de la France sur les résultats de la campagne 1891

Title Rapport de l'Ingénieur en Chef du Service du Nivellement général de la France sur les résultats de la campagne 1891
Rédacteur Lallemand, Charles (1857-1938)
Contexte Volume 1891-1895
Date 1892-01-06
Identifier O1891_1895_081
Relation O1891_1895_080
Format 20,2 x 31 cm; image/jpeg;
Publisher Bureau des longitudes; Observatoire de Paris; Laboratoire d'Histoire des Sciences et de Philosophie - Archives Henri Poincaré (UMR 7117 CNRS / Université de Lorraine);
Rights CC BY-SA 3.0 FR
Transcription

[en marge : (à joindre au P.V. de la séance du 30 mars 1892.)]

Paris, le 6 Janvier 1892.

Rapport de l'Ingénieur en Chef du Service du Nivellement général de la France sur les résultats de la campagne 1891.

Réseau fondamental.

Comme le montre la carte ci-annexée, le Service du Nivellement, pendant la campagne de 1891, a rattaché au Réseau fondamental, par une seconde ligne de 200 kilomètres, les médimarémètres de Biarritz et de St Jean-de-Luz. D'autre part, le médimarémètre de Cherbourg, qui jusqu'alors n'était relié au nouveau Réseau que par une ligne du nivellement de Bourdalouë, l'a été directement par une nouvelle ligne de 80 kilomètres de longueur. Enfin, le médimarémètre de Boulogne a été rattaché au Réseau fondamental par une ligne de 75 kilomètres.

Sur les frontières du Nord et de l'Est, deux rattachements supplémentaires avec le nivellement belge ont été exécutés à Givet et à Mont-St-Martin. Trois raccordements ont été effectués avec l'Allemagne, à Aznaville, Avricourt et Montreux-Château.

Du côté de la Suisse, les repères du nivellement fédéral scellés à Morteau et au Locle ont été rattachés au Réseau fondamental. La différence de niveau entre ces deux repères, d'après les nouvelles opérations, est inférieure de 6cm,5 à celle trouvée il y a 25 ans par les opérateurs suisses. Il est donc probable que l'un au moins de ces repères a subi un déplacement. Pour que l'on puisse tirer de ce nouveau rattachement des <résultats utiles>, la Commission géodésique suisse devra faire poursuivre sur son territoire les opérations jusqu'à ce qu'on ait atteint un repère ancien d'une stabilité démontrée.

Enfin, sur la frontière Sud, et à la demande de M. Arillaga, Directeur Général de l'Institut géographique de Madrid, il a été préparé à Cerbère un nouveau rattachement du Réseau français avec le Réseau espagnol ; [cette?] opération sera terminée dans la prochaine campagne.

Les nivellements, qui viennent d'être énumérés, représentent un développement total de 1525 kilomètres. Avec les 9250 kilomètres sur lesquels ont porté les précédentes opérations, on obtient ainsi un chiffre de 10775 kilomètres pour l'étendue totale des lignes du Réseau fondamental actuellement nivelées. Les 1550 kilomètres restant seront terminés cette année, de sorte que, selon toute probabilité, le Réseau entier sera achevé et compensé en 1893 ; les altitudes définitives pourront alors être publiées.

Nivellements secondaires.

Le Réseau fondamental doit servir de base à un réseau de second ordre embrassant une étendue de 27000 kilomètres environ, y compris les 15000 kilomètres de l'ancien Réseau de Bourdalouë qui y seront incorporés après rectification.

Les nouveaux nivellements de second ordre [à ?] exécuter se développeront donc sur 12000 kilomètres environ. On a adopté, pour ces nivellements, la même méthode et les mêmes instruments que pour le Réseau fondamental. La seule différence réside dans la suppression des retournements de la lunette et de la nivelle, dans l'augmentation de la longueur des nivelées, dans l'élargissement de la tolérance fixée pour l'équidistance des mires au niveau et dans l'accroissement correspondant des tolérances admises pour les discordances systématiques et accidentelles entre les deux opérations d'aller et de retour ; ces tolérances sont à peu près doublées. Ces diverses simplifications permettront d'accroître d'un tiers environ la vitesse du travail et d'abaisser, en conséquence, le prix de revient.

Les coefficients kilométriques d'erreur probable, admis pour les nivellements de second ordre, sont respectivement de 2m/m pour la partie accidentelle, et 0m/m,3 pour la partie systématique, c'est-à-dire à peu près ceux du nivellement de Bourdalouë.

Enfin, l'ensemble des lignes du Réseau fondamental et du réseau de second ordre servira de base à des nivellements de détail, d'un développement total d'environ 800 000 kilomètres, répartis en plusieurs ordres correspondant à des degrés décroissants de précision.

Les nivellements secondaires ont été commencés cette année, dans le Département du Pas-de-Calais, par une brigade spéciale, qui a exécuté 183 kilomètres de nivellements de deuxième ordre et 442 kilomètres de nivellements de troisième ordre, soit au total 625 kilomètres.

Etalonnage des mires.

Au mois d'Août 1891, l'étalon des mires appartenant au Service du Nivellement général de la France a été comparé, au Bureau international des Poids et Mesures de Breteuil, avec le mètre prototype international. On a pu ainsi déterminer son équation absolue, en vue du calcul des altitudes définitives du Réseau fondamental.

Publication des résultats du nivellement.

Les résultats du nivellement sont, comme on sait, publiés sous la forme d'un Répertoire graphique des Repères faisant connaître l'emplacement exact et l'altitude de chacun d'eux. La 1ère Livraison de ce répertoire, relative aux campagnes de 1884, 1885 et 1886, a paru au commencement de 1890. La publication de la 2ème Livraison, embrassant les résultats des campagnes de 1887 et 1888, vient d'être achevée. Un exemplaire de cette seconde livraison est joint au présent rapport.

Marégraphes et Médimarémètres.

Le marégraphe de Marseille et les douze médimarémètres précédemment installée sur les côtes de l'Océan et de la Méditerranée ont continué, pendant l'année 1891, à fonctionner d'une manière normale.

Les cotes du niveau moyen, par rapport au niveau moyen actuel de Marseille, calculées au 1er Septembre 1891, à l'aide des indications fournies par ces appareils sont consignées dans le tableau suivant :

Mers

Postes d'observations.

Cotes du niveau moyen.

Centimètres

Nice

-7

Méditerranée {

Marseille

0

Cette

0

Port-Vendres

+3

St Jean-de-Luz

+18

Océan Atlantique {

Biarritz

+15

Les Sables d'Olonne

-22

Quiberon

-8

Camares

-9

D'autre part, les médimarémètres installés sur les côtes de Tunisie et d'Algérie donnent, à la même [date?] les résultats ci-après :

Médimarémètres.

Cotes du niveau moyen rapportées au zéro des Ponts et Chées à la Goulette.

La Goulette

+ 1cm

Bône

+ 9

Les médimarémètres de Cherbourg et de La Pallice ont commencé cette année à fonctionner régulièrement.

Enfin, un médimarégraphe (ou médimarémètre-enregistreur) vient d'être installé à Boulogne.

Paris, le 6 Janvier 1891

L'Ingénieur en Chef du Service du Nivellement général de la France,

Ch. Lallemand

Vu et présenté au Bureau des Longitudes

Le Conseiller d'Etat, Inspr gl des Ponts et Chaussées.

Gay

Type de document Procès-verbal
Transcripteur Muller, Julien
Collection Volume 1891-1895
Citation “Rapport de l'Ingénieur en Chef du Service du Nivellement général de la France sur les résultats de la campagne 1891”, 1892-01-06, Les procès-verbaux du Bureau des longitudes, consulté le August 15, 2020, http://purl.oclc.org/net/bdl/items/show/4510
FR751142302_006_008714_A.jpg
FR751142302_006_008715_A.jpg
FR751142302_006_008716_A.jpg
FR751142302_006_008717_A.jpg
FR751142302_006_008718_A.jpg
FR751142302_006_008719_A.jpg