Les procès-verbaux du Bureau des longitudes

Bureau des Longitudes - Procès-verbal de la séance du 21 janvier 1914

Title Bureau des Longitudes - Procès-verbal de la séance du 21 janvier 1914
Creator Jobin, Amédée (1861-1945)
Contexte Volume 1914-1918
Date 1914-01-21
Contributor Jobin, Amédée (1861-1945); Baillaud, Benjamin (1848-1934);
Identifier O1914_1918_005
Format 18,4 x 30,5 cm; image/jpeg;
Publisher Bureau des longitudes; Observatoire de Paris; Laboratoire d'Histoire des Sciences et de Philosophie - Archives Henri Poincaré (UMR 7117 CNRS / Université de Lorraine);
Rights CC BY-SA 3.0 FR
Type Manuscrit; Text; Procès-verbal;
Description

Bureau des Longitudes.

Procès-verbal de la Séance du 21 Janvier 1914.

Présidence de M. Baillaud.

Le procès-verbal de la dernière séance est lu et adopté.

Le Bureau reçoit les ouvrages mentionnés aux livres des entrées.

M. Andoyer présente quelques observations au sujet du procès-verbal de la dernière séance :

1° La table de conversion des degrés Fahrenheit en degrés centigrades, dont l’insertion dans l’Annuaire a été demandée à la dernière séance, pourrait paraître tous les deux ans en même temps que les tables [barré : mét] et renseignements météorologiques.

2° Les critiques relatives aux données géographiques de l’Annuaire sont parfois justifiées. Monsieur Levasseur avait bien voulu autrefois se charger de cette partie du travail de l’Annuaire. Il n’a pas été remplacé.

Sur la proposition de M. Picard <et de M. Baillaud,> le Bureau décide de proposer [barré : la] l’ensemble du travail géographique de l’Annuaire à M. de Margerie, [barré : secrétaire] <Vice-Président> de la S de Géographie.

Monsieur le Président donne connaissance de la correspondance qui comprend :

1° le Décret nommant le Bureau pour l’année 1914

2° Une lettre de l’Instruction Publique accusant réception de la lettre du Bureau relative à la reconstruction du Palais de l’Institut et annonçant la transmission de la dite lettre au Service des Bâtiments Civils.

3° Une lettre de l’Instruction Publique portant sur des détails d’administration. Transmise à M. Tessier.

4° Une lettre de M. l’astronome royal Dyson relative à la différence des [barré : longitude] <heures déterminées> à Paris et à Greenwich.

M. Dyson, au cours du dernier semestre, a fait déterminer l’heure, pendant 15 jours par mois, avec un altazimuth muni d’un micromètre impersonnel.

Il a constaté ainsi [barré : que] une équation personnelle de 24/100 de seconde pour l’astronome chargé des observations au Grand Instrument de passage. Cela explique la différence anormale de 27/100 de seconde entre les heures de Greenwich et celles de Paris.

Les 3 instruments de Paris ont tous maintenant un micromètre impersonnel. Cela permettra dans un délai rapproché d’avoir pour la longitude Paris-Greenwich un chiffre exact et l’on pourra dès lors provoquer des collaborations des divers observatoires au Service de l’Heure. M. Baillaud ajoute qu’il lui semble, ainsi qu’à M. Backlund, indispensable de poursuivre le 1/100 de seconde. Les astronomes n’observeraient plus de fondamentales et prendraient comme point de départ de leurs observations l’heure du centre horaire. Plusieurs observateurs s’occupent activement de cette question.

5° Une lettre de M. Max Wolf de Heidelberg demandant où et quand se publieront les corrections des signaux horaires de la Tour Eiffel. M. Baillaud lui répondra.

6° Une lettre d’un Professeur à l’Université de Ben-Azar au Caire demandant des tables de position du Soleil, de la Lune, de Jupiter et de Saturne. Transmis à M. Gauthier-Villars.

7° Une lettre de notre collègue M. le Ct Guyou signalant au Bureau la gêne de l’adjudant Saint-Martin qui fut un très fidèle et très dévoué serviteur de l’Observatoire du Bureau.

M. l’Amiral Fournier s’occupera de lui faire parvenir un secours pris sur la caisse de l’Observatoire si cela est possible. Si les ressources de la caisse de Montsouris sont insuffisantes, le Bureau appuiera une demande de secours soit aux Amis des Sciences, soit au Ministère de l’Instruction Publique, soit au Ministère de la Marine.

M. Bigourdan communique au Bureau une lettre de M. le Profr Baldini, de l’Observatoire Sismique de Capannoli (Pise). M. Baldini écrit qu’il serait utile de faire suivre le Bulletin météorologique transmis par la Tour d’une courte indication sur les phénomènes sismiques survenus dans les dernières 24 heures.

M. Bigourdan signale l’intérêt qu’il y aurait pour nous à prendre les devants pour une initiative de ce genre. L’occasion s’en présenterait au 5° Congrès de Sismologie de St Pétersbourg. Après discussion, il est décidé que M. Bigourdan écrira à ce sujet à M. le Prince Galitzine, Pt du Congrès et à M. Lecointe qui représentera la Belgique à St Pétersbourg, de manière que la question soit posée éventuellement par eux.

M. Bigourdan signale que le projet d’ordre du jour de la 5° Session ordinaire sismologique porte au N° 21 le vœu que les heures des stations sismologiques soient contrôlées au moyen des signaux horaires radio-télégraphiques.

La séance est levée à 4h½.

Le secrétaire provisoire :

A. Jobin

Type de document Procès-verbal
Président de la séance Baillaud, Benjamin (1848-1934)
Transcripteur Muller, Julien
Collection Volume 1914-1918
Citation “Bureau des Longitudes - Procès-verbal de la séance du 21 janvier 1914”, 1914-01-21, Les procès-verbaux du Bureau des longitudes, consulté le September 25, 2022, http://purl.oclc.org/net/bdl/items/show/6251
FR751142302_006_014357_A.jpg
FR751142302_006_014358_A.jpg
FR751142302_006_014359_A.jpg
FR751142302_006_014360_A.jpg