Les procès-verbaux du Bureau des longitudes

Bureau des Longitudes - Procès-verbal de la séance du 20 octobre 1920

Title Bureau des Longitudes - Procès-verbal de la séance du 20 octobre 1920
Creator Renaud, Marie-Joseph-Auguste (1854-1921)
Contexte Volume 1919-1923
Date 1920-10-20
Contributor Renaud, Marie-Joseph-Auguste (1854-1921); Andoyer, Henri (1862-1929);
Identifier O1919_1923_116
Format 18 x 30,5 cm; image/jpeg;
Publisher Bureau des longitudes; Observatoire de Paris; Laboratoire d'Histoire des Sciences et de Philosophie - Archives Henri Poincaré (UMR 7117 CNRS / Université de Lorraine);
Rights CC BY-SA 3.0 FR
Type Manuscrit; Text; Procès-verbal;
Description

Bureau des Longitudes.

Procès-verbal de la Séance du 20 Octobre 1920.

Présidence de M. Andoyer

Le procès-verbal de la dernière séance est lu et adopté.

Le Bureau reçoit les ouvrages mentionnés aux livres des entrées.

I. – M. le Président donne lecture :

1°/ d’une lettre de M. [Okouvitch ?], Secrétaire de l’observatoire de Poulkovo, actuellement en Crimée, qui donne quelques détails sur la vie qu’il a menée depuis qu’il a dû quitter l’Observatoire à la suite des événements révolutionnaires. M. [Okouvitch ?] demande l’envoi de l’Annuaire pour l’an 1921. Il est décidé que cet ouvrage lui sera adressé à titre gratuit.

2°/ d’une circulaire du Ministre de l’Instruction Publique en date du 14 Octobre courant, au sujet des crédits alloués pour la réception des notabilités scientifiques. Il est décidé que cette lettre sera soigneusement conservée dans les archives du Bureau.

II. – M. le Président fait savoir qu’il a reçu la visite de M. Meyer, représentant la maison Brillié, qui propose une modification dans le mode d’envoi des signaux horaires et qui désirerait faire à ce sujet une communication au Bureau. M. le Président est d’accord avec lui sur ce point et la date de la séance où sera faite la communication sera fixée prochainement.

III. – M. Bigourdan fait connaître qu’il a procédé à la vérification des instruments prêtés à M. Stephanik [Štefánik] et renvoyés après sa mort, comme il en avait été chargé par le Bureau. Il a constaté que, d’une manière générale, les instruments se trouvent bien à la Société d’optique qui les garde provisoirement en dépôt ; toutefois il manque un grand objectif, qui, d’après le représentant du gouvernement tchéco-slovaque, serait resté à Prague et qu’on va faire revenir. A ce moment le Bureau pourra rentrer en possession de son matériel.

M. le Président remercie M. Bigourdan de la peine qu’il a prise pour s’occuper de la réintégration des instruments prêtés.

M. Bigourdan ajoute qu’il serait très important que le Bureau pût disposer d’un local assez vaste pour que tous les instruments y soient concentrés et facilement vérifiés. Il serait urgent de s’occuper de cette question. Ne pourrait-on pas demander la cession de deux pièces situées dans la cour et appartenant à la bibliothèque Mazarine.

M. Emile Picard pense qu’il serait bien difficile de faire aboutir une pareille demande et qu’il vaudrait [barré : bien] mieux s’abstenir. M. Picard donne [barré : ensuite] quelques renseignements sur la suite qui a été donnée à la lettre adressée [barré : par le Bureau] au Président de la Commission administrative de l’Institut pour demander que le Bureau soit mis en possession des locaux qui lui ont été concédés. Il estime qu’il conviendrait de saisir de la question le Ministre de l’Instruction Publique qui seul peut intervenir utilement.

Après discussion, le Bureau décide qu’une lettre sera adressée dans ce sens à l’Administration.

IV. – M. Lallemand fait savoir que le Maroc doit installer un institut scientifique, [barré : et] qui comprendra un observatoire astronomique ; le gouvernement chérifien demandera sans doute à ce sujet le concours du Bureau.

V. – M. Renaud donne lecture des principaux passages du rapport de “l’Aldébaran” sur la mission dont a été chargé ce bâtiment pour étudier la réception des ondes hertziennes émises par les postes de Lyon et de Nantes dans son trajet à travers l’Océan Indien, aux antipodes et dans l’Océan Pacifique.

Il est décidé que la question sera reprise à l’une des prochaines séances à laquelle assistera le Général Ferrié, actuellement en mission aux Etats-Unis.

A ce sujet M. Bigourdan rappelle que l’Observatoire d’Australie a demandé qu’il soit fait en France des signaux de nuit qui seraient mieux entendus que les signaux de jour dans cette partie du globe.

La séance est levée à 16H10

Le secrétaire

J. Renaud

Type de document Procès-verbal
Président de la séance Andoyer, Henri (1862-1929)
Transcripteur Muller, Julien
Collection Volume 1919-1923
Citation “Bureau des Longitudes - Procès-verbal de la séance du 20 octobre 1920”, 1920-10-20, Les procès-verbaux du Bureau des longitudes, consulté le April 11, 2021, http://purl.oclc.org/net/bdl/items/show/6645
FR751142302_006_016141_A.jpg
FR751142302_006_016142_A.jpg
FR751142302_006_016143_A.jpg
FR751142302_006_016144_A.jpg