Les procès-verbaux du Bureau des longitudes

Seconde assemblée Le 22 messidor

Titre Seconde assemblée Le 22 messidor
Contexte Cahier 1795-1797
Date 1795-07-10
Rédacteur inconnu
Membres présents Borda, Jean-Charles (1733-1799); La Lande, Jérôme de (1732-1807); Lagrange, Joseph-Louis (1736-1813); Laplace, Pierre-Simon de (1749-1827); Buache de La Neuville, Jean-Nicolas (1741-1825); Caroché, Noël-Simon (1740-1813);
Identifiant O1795_1797_006
Format 19 x 22,6 cm; image/jpeg;
Éditeur Bureau des longitudes; Observatoire de Paris; Laboratoire d'Histoire des Sciences et de Philosophie - Archives Henri Poincaré (UMR 7117 CNRS / Université de Lorraine);
Droits CC BY-SA 3.0 FR
Transcription

Seconde assemblée

Le 22 messidor an III

[10 juillet 1795]

 

Le secrétaire a lu les demandes des citoyens Thirion, Vercavin et du Boscq[1] pour la place de commis aux écritures du Bureau. Ajourné.

Il a annoncé que le Comité d'instruction[2] avait chargé le 18 la Commission d'examiner s'il y avait moyen de loger Jeaurat[3] à l'Observatoire quoiqu'il eût déclaré au Comité qu'il n'y avait pas de quoi loger les observateurs.

On a parlé du citoyen Vidal qui [est] chargé de l'observatoire de Toulouse par Paganel, [et] qui y a fait des observations intéressantes et rares.

Lalande est chargé de rapporter le catalogue des livres de l'Observatoire pour compléter la bibliothèque.

Le secrétaire a porté hier la Connaissance des tems de l'année 1796 au C. Laverne[4] directeur de l'Imprimerie de la République, maison Penthièvre, et l'on va y travailler sans délai.

Le Comité d'instruction renvoie une demande de Merigot, professeur d'hydrographie à La Rochelle, pour avoir des cartes et des instruments. Le C. Buache commissaire.

Le Comité renvoie la demande de Nouet[5] pour retirer les 3000 exemplaires des types de la Connaissance des tems. Il faut écrire pour les faire remettre au B.

Le Comité renvoie un mémoire de Darquier[6] pour la publication de ses observations, avec l'avis de Lalande, qui demande cette publication. Répondre que le Bureau s'occupera du projet général d'impression des observations et qu'il y comprendra certainement celles de Darquier.

Le représentant Calon[7] a assisté au Bureau, il a offert de se charger de payer l'impression de la Connaissance des tems sur les fonds du Dépôt de la guerre de terre et de mer.

Quant au payement des 4 calculateurs qui était de 3600 # par année de Connaissance des tems, on demandera au Comité de doubler leur payement. Lalande [barré : présentera un rapport] rédigera une lettre à ce sujet.

Lagrange demandera à Prony de nous procurer quelques calculateurs pour la Connaissance des tems.

On apporte une lettre de la Commission pour installer Jeaurat dans l'appartement. Il faut écrire au Comité que n'y ayant que cinq logements et six personnes à loger, le Bureau prie le Comité de vouloir bien rapporter son arrêté.

Le C. Buache a lu les états d'une partie des instruments qui appartiennent à la nation. Le C. Caroché est chargé d'aller dans les dépôts pour voir les lunettes, les pendules et autres instruments qui doivent être à la disposition du Bureau.

Le Bureau s'ajourne à quintidi pour s'occuper du Règlement.

 

[Signatures] Borda, Lalande, Lagrange, Laplace, Buache, Caroché.



[1] S'agit-il de Louis Augustin Bosc d'Antic (1759-1828), naturaliste spécialistes des coquilles lié à Jussieu et à Guyton, plus tard protégé par Cuvier, proche de Roland, administrateur des Postes en mai 1792, parti en Amérique en 1794, et redevenu administrateur des prisons et des hospices sous le Directoire ? Ou quelque autre membre de cette famille de savants et médecins ?

[2] Le Comité d'Instruction publique de la Convention nationale était composé de 24 membres, dont plus de la moitié était des professeurs, civils ou ecclésiastiques. Institué par décret de l'Assemblée législative le 14 octobre 1791, il poursuivit ses activités jusqu'au 26 octobre 1795. Ses procès-verbaux ont été édités et annotés par James Guillaume, dans Procès-verbaux du Comité d'Instruction publique de la Convention nationale, Paris : Impr. Nationale, 1897, 8 vol.

[3] Edme-Sébastien Jeaurat (1724-1803), ingénieur-géographe de la carte de Cassini, obtint en 1753 une chaire de mathématiques à l'Ecole militaire, où il installa après 1760 un observatoire, et entra à l'Académie des sciences en 1763. Il publia en 1766 des tables de Jupiter, et décrivit en 1778 une lunette à double image dite « diplantidienne », et un astéromètre en 1779. Il succéda à Lalande de 1772 à 1785 à la rédaction de la Connaissance des temps. Elu membre de l'Institut en décembre 1796.

[4] Philippe-Daniel Dubois-Laverne (1755-1802), neveu de Dom Clément (auteur de l'Art de vérifier les Dates) qui le présenta à Anisson-Duperron, alors directeur de l'imprimerie du Louvre ; ce dernier le prit pour adjoint, et Dubois-Laverne lui succéda en 1794. Il réorganisa complètement l'établissement qui avait prit une taille considérable et fit décupler le nombre de presses ; il en compléta beaucoup les caractères orientaux.

[5] Nicolas-Antoine Nouet (1740-1811), bénédictin de l'abbaye de Morimond, astronome recruté par Cassini IV dès 1782, envoyé à Saint-Domingue en 1784 avec Puységur, devenu première élève lors de la réorganisation de 1784, professeur de l'Observatoire en 1793, directeur temporaire de l'Observatoire de Paris en l'an III, envoyé comme ingénieur-géographe trianguler la rive gauche du Rhin (mai 1795), puis dans le département du Mont-Blanc (1796) avec l'aide de Cardinet ; astronome de l'expédition d'Egypte, il publia ses observations dans la Décade égyptienne et triangula la vallée du Nil, remontant jusqu'à Syène où il vérifia les observations d'Eratosthène. De retour en France en janvier 1802, il continua ses triangles en Savoie sous la tutelle du Dépôt de la Guerre, et mourut à Chambéry.

[6] Augustin Darquier de Pellepoix (1718-1802) était un riche amateur éclairé d'astronomie, qui installa en 1746 un observatoire dans sa maison à Toulouse. Il publia en 1801 une traduction annotée des Lettres Cosmologiques de J.-H. Lambert, et Lalande assura la publication de ses plus importantes observations dans son Histoire céleste.

[7] Etienne-Nicolas de Calon (1726-1807), chevalier de Saint-Louis (1785), élu député à la Législative et à la Convention, siégea à la Montagne et comme membre du Comité militaire. Général de brigade en septembre 1793, nommé directeur du Dépôt de la guerre de terre en avril 1793, auquel il fur chargé d'agglomérer celui de la Marine au printemps 1794 ; cette expérience avorta et Calon, vaincu aux élections pour le Conseil des Cinq-Cents, dut quitter son poste en mai 1797. Employé à l'armée du Rhin en décembre 1799, il prit sa retraite en août 1801.

Type de document Procès-verbal
Transcripteur Feurtet, Jean-Marie (1982-….)
Commentaires Verso du 1er feuillet
Collection Cahier 1795-1797
Citer ce document “Seconde assemblée Le 22 messidor ”, Les procès-verbaux du Bureau des longitudes , consulté le 19 septembre 2017, http://purl.oclc.org/net/bdl/items/show/6
FR751142302_006_000014_A.jpg