Les procès-verbaux du Bureau des longitudes

Bibliographie

Home > Sources > Bibliographie

Cette section recense un certain nombre de sources en lien avec le Bureau des longitudes. Cette bibliographie n'est pas exhaustive, et sera complétée à mesure que d'autres sources bibliographiques seront recensées. A cet égard, nous vous invitons à nous signaler, via le formulaire de contact, toute référence que vous estimeriez pertinente.


Ouvrages

Bigg Charlotte, Vanhoutte Kürt Johan André (2017). Special issue: Spectacular astronomy, Abingdon, Routledge, Taylor & Francis Group, 15 (Early popular visual culture).

Bigourdan Guillaume (1929). La Réorganisation du Bureau des longitudes en 1854 et en 1862., Paris, 12 p.

Boistel Guy (2010). L’Observatoire de la marine et du bureau des longitudes au parc Montsouris, 1875-1914: une école pratique d’astronomie au service des marins et des explorateurs, Paris, Edite : IMCCE (Histoire des sciences), 219 p.

Boucher, C., Willis, P. (dirs.) (2017). Les références de temps et d’espace: un panorama encyclopédique : histoire, présent et perspectives, Paris, Hermann, 483 p.

Bureau des longitudes (1843). Observations des marées faites à la mâture et au bassin dans le Port de Brest: 1807-1835, Paris, Imprimerie Royale.

Bureau des longitudes (1912). Conférence internationale de l’heure : Paris. Octobre 1912, Paris, Gauthier-Villars.

Bureau des longitudes (1919). Lois, décrets, ordonnances, arrêtés et décisions concernant le Bureau des longitudes, Paris, Imprimerie nationale.

Bureau des longitudes (2001). La géodésie: bilan et perspectives, Paris, Bureau des Longitudes.

Bureau des Longitudes (2009). Les observatoires : observer la Terre, Paris, Hermann.

Chapront-Touzé Michelle (1998). Inventaire des archives manuscrites du Bureau des longitudes, Paris, Observatoire de Paris, projet Alidade.

Dunn Richard, Higgitt Rebekah (2014). Ships, clocks & stars: the quest for longitude, Glasgow, Collins, 255 p.

Faye Hervé (1855). Sur la différence de longitude entre Paris et Londres.

Faye Hervé (1864). Sur une méthode nouvelle proposée par M. de Littrow pour déterminer en mer l’heure et la longitude, Vienne, Charles-Gerold Fils, 12 p.

Faye Hervé (1872). Sur la situation actuelle du Bureau des longitudes, Paris, Gauthier-Villars, 8 p.

Faye Hervé (1888). Pour le Bureau des longitudes, Paris, Impr. de Gauthier-Villars, 14 p.

Grégoire Henri (1821). Rapport fait à la Convention nationale dans sa séance du 7 messidor an III (25 juin 1795) sur l’établissement du Bureau des longitudes, Paris, Emery.

Lambert Armand (1928). La Participation française à la révision des longitudes mondiales (Octobre-novembre 1926)., Toulouse, Impr. et libr. Edouard Privat.

Richard Hélène, Bessero Gilles (2020). 300 ans d’hydrographie française, Brest ; Shom, Locus Solus, 64 p.

Schiavon Martina (2014). Itinéraires de la précision: géodésiens, artilleurs, savants et fabricants d’instruments de précision en France, 1870-1930, Nancy, Presses universitaires de Nancy - Éditions universitaires de Lorraine (Histoires de géométries), 775 p.

Schiavon Martina (2017). De l’histoire de la géodésie au 19e siècle à l’histoire du Bureau des longitudes (1795-1932). Acteurs secondaires, instruments scientifiques et ‘faires’, mémoire d’habilitation à diriger des recherches, Paris, UPMC-Sorbonne universités.

Schiavon, M., Rollet, L. (dirs.) (2017). Pour une histoire du Bureau des longitudes (1795-1932), Nancy, Presses universitaires de Nancy - Éditions universitaires de Lorraine (Collection « Histoire des institutions scientifiques »), 276 p.


Chapitres d’ouvrages

Aubin David (2016). « Les sciences de l’observatoire : une tournant 1800 ? », dans Gilain C., Guilbaud A. (dirs.), Sciences mathématiques 1750-1850 : continuités et ruptures, Paris, CNRS Éditions, p. 235‑262.

Aubin David (2017). « On the Epistemic and Social Foundations of Mathematics as Tool and Instrument in Observatories, 1793-1846 », dans Lenhard J., Carrier M. (dirs.), Mathematics as a Tool: Tracing New Roles of Mathematics in the Science, Berlin, Springer, Boston Studies in the Philosophy and History of Science, p. 177‑196.

Bigg Charlotte (2017). « Of Blurs, Maps and Portraits: Photography and the Moon », dans Pérez-González C. (dir.), Selene’s two faces: From 17th Century Drawings to Spacecraft Imaging, Nuncius Series, Brill.

Bigourdan Guillaume (1929). « La réorganisation du Bureau des longitudes, en 1854 et 1862 », dans Collectif (dir.), Comptes rendus du congrès des sociétés savantes de Paris et des départements tenu à la Sorbonne en 1929, Paris, Imprimerie nationale, p. 23‑24.

Boistel Guy (2011). « Un observatoire pour la formation des militaires, des géographes et des explorateurs en plein Paris : l’observatoire de la Marine et du Bureau des longitudes au parc Montsouris, 1875-1915 », dans Noë J. de la, C. Soubiran (dirs.), La (re)fondation des observatoires astronomiques sous la IIIe République, Bordeaux, Presses universitaires de Bordeaux, p. 127‑146.

Boistel Guy (2017). « Profession calculateur du Bureau des Longitudes et de la Connaissance des temps. Du (presque) bénévolat à la professionnalisation, 1795-1905 », dans Schiavon M., Rollet L. (dirs.), Pour une histoire du Bureau des longitudes (1795-1932), Nancy, PUN-Editions universitaires de Lorraine, p. 43‑89.

Boistel Guy, Le Lay Colette, Schiavon Martina (à paraître). « La Connaissance des temps, l’Annuaire du Bureau des longitudes et les Annales du Bureau des longitudes : trois journaux pour un maître d’œuvre », dans Monographie du projet ANR CIRMATH.

Davids Karel (2016). « The Longitude Committee and the practice of navigation in the Netherlands, c. 1750-1850 », dans Dunn R., Higgith R. (dirs.), Navigational Enterprise in Europe and its Empires, 1730-1850, Cambridge, Palgrave MacMillan, p. 32‑46.

Davids Karel (2017). « Van Swinden and the Longitude Committee (1787-1818) », dans Schiavon M., Rollet L. (dirs.), Pour une histoire du Bureau des longitudes (1795-1932), Nancy, PUN-Editions Universitaires de Lorraine, p. 175‑194.

Débarbat Suzanne (2005). « L’Observatoire de Paris, le Bureau des longitudes et les observatoires de province », dans Guy Boistel (dir.), Observatoires et patrimoine astronomique français, textes réunis par Guy Boistel, Paris, SFHST - ENS Editions, p. 65‑87.

Débarbat Suzanne (2010). « A propos de la publication du ‘Recueil d’observations géodésiques, astronomiques et physiques exécutées par ordre du Bureau des Longitudes de France, en Espagne, en Angleterre et en Écosse, de Biot et Arago’ », dans Robert Fox, B. Joly (dirs.), Echanges franco-britanniques entre savants depuis le XVIIe siècle, Londres, College Publications.

Débarbat Suzanne (2017). « L’évolution administrative du Bureau des Longitudes : une approche par les textes officiels », dans Schiavon M., Rollet L. (dirs.), Pour une histoire du Bureau des longitudes (1795-1932), Nancy, PUN-Editions universitaires de Lorraine, p. 23‑40.

Dunn Richard, Higgith Rebekah (2017). « The Bureau and the Board – Change and Collaboration in the Final Decades of the British Board of Longitude », dans Schiavon M., Rollet L. (dirs.), Pour une histoire du Bureau des longitudes (1795-1932), Nancy, PUN-Editions universitaires de Lorraine, p. 195‑219.

Feurtet Jean-Marie (2010). « Lalande, père fondateur et premier patron du Bureau des longitudes (1795-1807) », dans Boistel G., Lamy J., Le Lay C. (dirs.), Jérôme Lalande (1732-1807) : une trajectoire scientifique, Rennes, Presses universitaires de Rennes, p. 51‑65.

Feurtet Jean-Marie (2017). « Une lente mise en orbite : l’observatoire de Marseille et le Bureau des Longitudes (1795-1822) », dans Schiavon M., Rollet L. (dirs.), Pour une histoire du Bureau des longitudes (1795-1932), Nancy, PUN-Editions universitaires de Lorraine, p. 91‑118.

Figueiredo Fernando B. (2016a). « José Monteiro da Rocha (1734-1819) e o debate internacional na década de 1760 sobre os métodos de determinação da longitude no mar: as suas propostas e críticas ao método das distâncias lunares de Lacaille (1713-1762) », dans Malaquias I., Andrade A., Bonifácio V., Malonek H. (dirs.), Perspetivas sobre Construir Ciência, Editora da Universidade de Aveiro, p. 76‑84.

Figueiredo Fernando B. (2016b). « Les éphémérides nautiques et astronomiques de l’observatoire naval de Lisbonne et de l’observatoire astronomique de l’université de Coimbra, à la fin du 18ème siècle », dans Boistel G., Sauzereau O. (dirs.), Cahiers Centre François Viète (Entre Ciel et Mer Des observatoires pour l’enseignement de l’astronomie, des sciences maritimes et le service de l’heure, en France et en Europe, de la fin du XVIIIe au début du XXe siècle: institutions, pratiques et cultures), série II (8-9), p. 161‑178.

Figueiredo Fernando B. (2017). « Astronomical and Nautical Ephemerides in late 18th Century Portugal », dans Schiavon M., Rollet L. (dirs.), Pour une histoire du Bureau des longitudes (1795-1932), Nancy, PUN-Editions universitaires de Lorraine, p. 119‑144.

Kershaw Michael (2015). « A Different Kind of Longitude: the Metrology of Location by Geodesy », dans Dunn R., Higgith R. (dirs.), Navigational Enterprise in Europe and its Empires, 1730-1850, Cambridge, Palgrave MacMillan, p. 134‑156.

Le Guet Tully Françoise (2006). « De la réorganisation du Bureau des longitudes en 1854 à la création de l’Observatoire de Nice en 1879, vingt cinq années cruciales pour l’astronomie française », dans Boistel G. (dir.), Observatoires et patrimoine astronomique français, textes réunis par Guy Boistel, Paris, SFHST - ENS Editions, p. 89‑116.

Le Lay Colette (2017). « Lalande, Arago et les comètes : utiliser les peurs pour les combattre ? », dans Schiavon M., Rollet L. (dirs.), Pour une histoire du Bureau des longitudes (1795-1932), Nancy, PUN-Editions universitaires de Lorraine, p. 223‑241.

Muller Julien, Schiavon Martina, Rollet Laurent (à paraître). « Les procès-verbaux du Bureau des longitudes : un patrimoine numérisé (1795-1932) », dans Rebuschi M., Benzitoun C. (dirs.), Les corpus en sciences humaines et sociales, Nancy, Presses Universitaires de Lorraine.

Raposo Pedro M. P. (2017). « One world is not enough: remarks on the history of selenography », dans Pérez-González C. (dir.), Selene’s two faces: From 17th Century Drawings to Spacecraft Imaging, Nuncius Series, Brill, p. 34‑60.

Rémy Frédérique (2017). « Le Bureau des Longitudes et les glaces polaires au 19e siècle », dans Schiavon M., Rollet L. (dirs.), Pour une histoire du Bureau des longitudes (1795-1932), Nancy, PUN-Editions universitaires de Lorraine, p. 243‑264.

Rieznick Marina (2018). « Hacer `al mismo tiempo´. Relojes cotidianos y cronógrafos expertos en la Argentina 1870-1910 », dans Caracava J., Daniel C., Plotkin M. (dirs.), Saberes desbordados. Historias de diálogos entre conocimientos científicos y sentido común (Argentina, siglos XIX y XX), Libros del IDES.

Sauzereau Olivier (2018). « Le Bureau des longitudes et les observatoires de la Marine durant la période révolutionnaire », dans Mathan A. de, Pourchasse P., Jarnoux P. (dirs.), La Mer, la guerre et les affaires, Rennes, Presses universitaires de Rennes.

Schiavon Martina (2018). « Découvrir le Bureau des longitudes, institution méconnue, à travers la géodésie et Henri Poincaré », dans Actes du 7° Encontro Luso-Brasileiro de Historia da Matematica. Sociedad Portuguesa de Matematica (éd.), p. 211-250.

Schiavon Martina (2015). « The Bureau des longitudes : An Institutional Study », dans Dunn R., Higgith R. (dirs.), Navigational Enterprise in Europe and its Empires, 1730-1850, Cambridge, Palgrave MacMillan, p. 65‑85.

Schiavon Martina (2016). « Hervé Faye (1814-1902) », dans Laurent Rollet, Bolmont E., Birck F., Cussenot J.-R. (dirs.), Les enseignants de la Faculté des sciences de Nancy et de ses instituts. Dictionnaire biographique (1854-1918), Nancy, Pun-Éditions universitaires de Lorraine, p. 213‑222.

Schiavon Martina (2017). « Regard sur un thermoscope de Rumford », dans Le savoir en objets : collections scientifiques de l’Université de Lorraine, Nancy, Université de Lorraine.


Articles

Bigg Charlotte (2017). « The view from here, there and nowhere? Situating the observer in the planetarium and in the solar system », Early Popular Visual Culture, 15, 2, p. 204‑226.

Bigourdan Guillaume (1928). « Le Bureau des Longitudes : Son histoire et ses travaux, de l’origine (1795) à ce jour », Annuaire du Bureau des Longitudes, p. A.1-A.72.

Bigourdan Guillaume (1929). « Le Bureau des Longitudes : Son histoire et ses travaux, de l’origine (1795) à ce jour », Annuaire du Bureau des Longitudes, p. C.1-C.92.

Bigourdan Guillaume (1930). « Le Bureau des Longitudes : Son histoire et ses travaux, de l’origine (1795) à ce jour », Annuaire du Bureau des Longitudes, p. A.1-A.110.

Bigourdan Guillaume (1931). « Le Bureau des Longitudes : Son histoire et ses travaux, de l’origine (1795) à ce jour », Annuaire du Bureau des Longitudes, p. A.1-A.151.

Bigourdan Guillaume (1932). « Le Bureau des Longitudes : Son histoire et ses travaux, de l’origine (1795) à ce jour », Annuaire du Bureau des Longitudes, p. A.1-A.117.

Bigourdan Guillaume (1933). « Le Bureau des Longitudes : Son histoire et ses travaux, de l’origine (1795) à ce jour », Annuaire du Bureau des Longitudes, p. A.1-A.91.

Boistel Guy (2006). « Instruire les marins avec les moyens du bord : l’observatoire de la Marine et du bureau des longitudes au parc Montsouris », Les génies de la science, 28, p. 28‑33.

Boistel Guy (2014). « Un “bréviaire” pour les astronomes et les marins : la Connaissance des temps et les calculateurs de Bureau des longitudes, de Lalande à Loewy (1772-1907) », Archives Internationales d’Histoire des Sciences, 64, 172‑173, p. 463‑480, doi : 10.1484/J.ARIHS.5.110298.

Boistel Guy (2018). « La propriété intellectuelle des calculs astronomiques en question. Une affaire de contrefaçon d’éphémérides nautiques et astronomiques à St Brieuc et son influence sur la Connaissance des temps, publication phare du Bureau des longitudes (1870-1887) », Philosophia Scientiæ, 22, 122, p. 81‑98.

Capitaine Nicole (2012). « Le Bureau des Longitudes, activités et missions, issues de son histoire », Communications et mémoires, Académie de Marine.

Croarken Mary (2002). « Providing longitude for all », Journal for Maritime Research, 4, 1, p. 106‑126.

Faye Hervé (1872). « Sur la situation actuelle du Bureau des Longitudes », Comptes rendus des séances de l’Académie des sciences, LXXV, p. 1721‑1729.

Howse Derek (1977). « The British Board of Longitude, 1714-1828 », National Maritime Museum.

Howse Derek (1998). « Britain’s Board of Longitude: The Finances, 1714–1828 », The Mariner’s Mirror, 84, 4, p. 400‑417, doi : 10.1080/00253359.1998.10656713.

Kershaw Michael (2014). « “A thorn in the side of European geodesy”: measuring Paris-Greenwich longitude by electric telegraph. », British journal for the history of science, 47, 175, p. 637‑660.

Lamy Jérôme (2007). « Le Bureau des longitudes. La gestion des instruments et les régimes de savoirs au 19e siècle », Revue d’anthropologie des connaissances, 2, p. 167‑188.

Le Lay Colette (2014). « L’annuaire du Bureau des Longitudes et la diffusion scientifique : enjeux et controverses (1795-1870) », Romantisme, numéro spécial dirigé par Laurence Guignard et Sylvain Venayre « L’astronomie au XIXe siècle », 166, 4, p. 21‑31.

Le Lay Colette (2018a). « Indiana Jones au Bureau des longitudes », Pour la Science, 2018, p. 74‑78.

Le Lay Colette (2018b). « Joseph Liouville et le Bureau des longitudes : mettre le pied à l’étrier à de jeunes savants tout en contrôlant les dérives hégémoniques », Cahiers François Viète, III, 4, p. 37‑59.

Raposo Pedro M. P. (2017). « Meteorology, Timekeeping and ‘Scientific Occupation’: Colonial Observatories in the Third Portuguese Empire », Cahiers François Viète, III, 3, p. 139‑168.

Renaud Joseph (1917). « L’avance de l’heure légale pendant l’été de l’année 1916 », Annuaire du Bureau des Longitudes, p. B1‑B89.

Rieznick Marina (2016). « Tiempo eléctrico en la Argentina del siglo XIX. Científicos, técnicos y estadistas cableando la unificación territorial », Revista redes, p. 93‑125.

Rollet Laurent (2019). « Les échos de la guerre au Bureau des longitudes (1914-1918) » Debru C. (dir.), Acta historica leopoldina, numéro spécial Akademien im Kriege / Académies en guerre / Academies in war, 75, p. 165‑186.

Schaffer Simon (2014). « Chronometers, charts, charisma: on histories of longitude », Science Museum Group Journal, 2, 2.

Schiavon Martina (2018). « The French Bureau des longitudes and its archives », Association of Records and Archives Magazine, June, p. 17 – 19.

Schiavon Martina (2012). « The English Board of Longitude (1714-1828) ou comment le gouvernement anglais a promu les sciences », Archives internationales d’histoire des sciences, 62, 168, p. 177‑224.

Schiavon Martina (2014). « Hervé Faye, la géodésie et le Bureau des Longitudes », Bulletin de la Sabix, numéro spécial coordonné par Guy Boistel, Stéphane Le Gars et Colette Le Lay « Hervé Faye (1814-1902) ou l’Art de la Rupture », 55.

Schiavon Martina (2018). « Actors, place of exchange, and mathematical knowledge: Following the chronograph in the minutes of the Bureau des longitudes, France, 19th-20th Centuries », Oberwolfach Report [en ligne] https://www.mfo.de/occasion/1751/www_view.

Soulu Frédéric (2018). « Observatoires français dans l’Algérie coloniale : forme et spatialité », Cahiers François Viète, III, 4, p. 61‑92.


Thèses et mémoires

Blaringhem Maxime (2019). « Charles Lallemand (1857-1938) : parcours d’un membre en service extraordinaire au Bureau des longitudes (1894-1917) », Mémoire de master en épistémologie, logique et histoire des sciences, Nancy, Université de Lorraine.

Boistel Guy (2003). L’astronomie nautique au XVIIIème siècle en France: tables de la lune et longitudes en mer, Thèse de doctorat, Lille, Atelier national de reproduction des thèses, 991 p.

Feurtet Jean-Marie (2005). Le Bureau des longitudes (1795-1854). De Lalande à Le Verrier, Thèse pour le diplôme d’archiviste-paléographe, Paris, Ecole nationale des chartes.