Les procès-verbaux du Bureau des longitudes

8e assemblée le 12 thermidor

Titre 8e assemblée le 12 thermidor
Contexte Cahier 1795-1797
Date 1795-07-30
Rédacteur inconnu
Membres présents Borda, Jean-Charles (1733-1799); Laplace, Pierre-Simon de (1749-1827); Lagrange, Joseph-Louis (1736-1813); La Lande, Jérôme de (1732-1807); Buache de La Neuville, Jean-Nicolas (1741-1825); Caroché, Noël-Simon (1740-1813);
Identifiant O1795_1797_012
Format 19 x 22,6 cm; image/jpeg;
Éditeur Bureau des longitudes; Observatoire de Paris; Laboratoire d'Histoire des Sciences et de Philosophie - Archives Henri Poincaré (UMR 7117 CNRS / Université de Lorraine);
Droits CC BY-SA 3.0 FR
Transcription

8e assemblée  

Le 12 thermidor an III

[30 juillet 1795]

 

Lalande a annoncé qu'il avait écrit le 11 à la commission pour avoir 6 voies de bois et 20 livres de chandelles pour l'Observatoire, cette dépense ne devant pas être aux frais du Bureau.

Il a établi le C. Bissy à l'Ecole militaire pour que les observations se continuent même les jours où le C. Lefrançais n'y est pas. Cet observatoire, préférable de beaucoup au grand observatoire, mérite bien deux observateurs.

Il a présenté un instrument de Nouet à trois arcs de 60° renvoyé par le Comité. Cet instrument a des avantages et suppose de l'intelligence en astronomie.

Un mémoire sur l'intégration des équations aux différences partielles par le C. François Français[1], ex-professeur de physique au Collège de Strasbourg. Commissaires Lagrange et Laplace.

Il a demandé les ordres du Bureau pour Beauchamp[2], astronome nommé consul à Mascate en Arabie, et qui passe par Constantinople pour faire des observations sur la Mer Noire.

Il a annoncé que le C. Reneçon, agent des Domaines nationaux, a fait délivrer au Bureau les appartements qui avoisinent l'observatoire de l'Ecole militaire.

Le Comité renvoie un mémoire du C. Pacquin, rue du Cloître à Metz, sur la rectification de la circonférence du cercle.

Le Comité renvoie un mémoire du C. Jeaurat sur l'organisation de l'Observatoire, du 30 floréal, et des 3 observatoires, Strasbourg, Brest, Marseille. Répondre que depuis ce temps-là, l'établissement du Bureau a pourvu à l'organisation de l'Observatoire de Paris ; que pour les 3 autres, ils seront compris dans un plan que le Bureau soumettra.

On a lu le rapport sur le calendrier et l'on a discuté le mode d'intercalation. On écrira que le Bureau ne voit pas de nécessité à demander une modification de l'art. 3 du décret du 5 oct. [1793].

Le représentant Prieur est venu de la part du Comité conférer sur le mémoire présenté le 8 au Comité d'instruction publique pour le calendrier et pour l'impression des tables des sinus décimaux. Il a été décidé qu'on imprimerait celles du C. Borda à l'imprimerie de l'Agence des Lois[3], où le Comité est maître d'ordonner les impressions.

Le C. Prony, directeur du Cadastre, a annoncé qu'il attacherait à son bureau le C. Marion qui a déjà travaillé à la Connaissance des tems, et qu'il y aurait un second calculateur avec lui, pour que tous les calculs soient faits doubles.

 

[Signatures] Borda, Laplace, Lagrange, Lalande, Buache, Caroché.



[1] Il fut par la suite professeur à l'école d'artillerie de Metz.

[2] Joseph de Beauchamp (Vesoul 1752 – Nice 1801), astronome et voyageur, entré dans l'ordre des Bernardins en 1767, suivit les leçons de Lalande dont il devint l'ami et le disciple. Neveu de Miroudot, nommé évêque de Babylone en 1774, il en devint le vicaire général, et partit en 1781 pour le Levant. Il voyagea en Perse, installa son observatoire à Bagdad, correspondant avec l'Académie des sciences. La révolution le fit revenir en France en 1790, et après être resté auprès de sa famille, il fut nommé consul à Mascate au début de 1795 ; il n'arriva à Constantinople qu'en 1797, rectifia les cartes de la mer Noire, puis fut appelé par Bonaparte qui occupait l'Egypte, et publia ses résultats dans la Décade égyptienne. En 1799, il fut chargé d'une mission secrète à Constantinople, mais fut capturé par les Anglais et livré au Sultan comme espion ; il frôla la mort, mais grâce à l'intervention des ambassadeurs d'Espagne et de Russie, on le condamna à une très dure captivité au fort de Fanaraki. Libéré en septembre 1801, le premier Consul le nomma commissaire aux relations commerciales à Lisbonne, mais à peine revenu sur le sol français, il mourut d'épuisement le 19 novembre.

[3] La Commission de l'envoi des lois, organisée par le décret du 14 frimaire an II (4 décembre 1793) traitant de l'exécution des lois, était chargée de faire imprimer tous les décrets votés par la Convention dans le Bulletin des lois de la République, adressé chaque jour à toutes les autorités constituées et à tous les fonctionnaires publics chargés de l'exécution des lois. 

Type de document Procès-verbal
Transcripteur Feurtet, Jean-Marie (1982-….)
Commentaires Verso du 3e feuillet
Collection Cahier 1795-1797
Citer ce document “8e assemblée le 12 thermidor”, Les procès-verbaux du Bureau des longitudes , consulté le 28 mai 2017, http://purl.oclc.org/net/bdl/items/show/12
FR751142302_006_000018_A.jpg