Les procès-verbaux du Bureau des longitudes

Bureau des Longitudes - Séance du 1er octobre 1890

Title Bureau des Longitudes - Séance du 1er octobre 1890
Creator Tisserand, Félix (1845-1896)
Contexte Volume 1886-1890
Date 1890-10-01
Contributor Bonnet, Ossian (1819-1892); Tisserand, Félix (1845-1896); Gay, Jean Baptiste (1834-1900); Loewy, Maurice (1833-1907); Pâris, Edmond (1806-1893); Mouchez, Ernest (1821-1892); Fizeau, Hippolyte (1819-1896); Bouquet de La Grye, Anatole (1827-1909); Faye, Hervé (1814-1902); Janssen, Pierre Jules César (1824-1907);
Identifier O1886_1890_301
Format 14,6 x 19,8 cm; image/jpeg;
Publisher Bureau des longitudes; Observatoire de Paris; Laboratoire d'Histoire des Sciences et de Philosophie - Archives Henri Poincaré (UMR 7117 CNRS / Université de Lorraine);
Rights CC BY-SA 3.0 FR
Type Manuscrit; Text; Procès-verbal;
Description

Bureau des Longitudes – Séance du 1er octobre 1890.

Présidence de M. Faye.

Le procès-verbal de la dernière séance est lu et adopté.

Le Bureau reçoit :

Comptes-rendus 12

Bullet. Adm. 924

Bullet. Météorol. 267-273

Nature 1091

Astr. Nachr. 2994

Public. de l'observat. De Washburn, T. 6

W. Payne, Catalogue de 644 étoiles de comparaison.

M. Mouchez, à l'occasion du Procès-verbal, rend compte des recherches faites au Bureau des Calculs sur la variabilité de la latitude ; en groupant par mois un ensemble de 1500 observations, on a une marche analogue à celles de Berlin, Potsdam et Prague ; la variation annuelle serait de 0"6 ou 0"7. Toutefois il y entre les erreurs des déclinaisons des étoiles. On avait trouvé à Bordeaux des variations analogues qui ont disparu quand on a changé de catalogue.

M. Loewy dit que 120 observations de la latitude faites au cercle Bischoffsheim, suivant ses méthodes, groupées par mois, ne donnent rien de systématique. On retrouve pour la latitude le nombre de M. Laugier.

M. Bouquet de la Grye dit que, si les variations observées dépendent de la température, on les atténuerait en observant à une altitude assez grande qui aurait pour effet de diminuer la variation annuelle de la température.

On donne lecture de la lettre ministérielle relative à la demande du gouvt italien [barré : relative à] [au crayon de papier : au sujet d'] un congrès pour la fixation d'un méridien universel.

M. le Président rend compte de ce qui a été fait à ce sujet au Congrès de Fribourg : deux membres ont été d'avis d'accéder au désir du gouvernement italien, mais la majorité a voté le maintien des décisions du Congrès de Rome. M. Faye rappelle que lui et ses collègues français n'avaient voté [au crayon de papier, en marge : à Rome] pour le méridien de Greenwich que si l'Angleterre acceptait le système métrique, ce qui n'a pas eu lieu. Les représentants de la France au Congrès de Washington ont demandé un méridien neutre qui n'a pas été adopté.

Il résulte de la discussion à laquelle prennent part MM. Bouquet de la Grye, Faye, Gay, Janssen et Loewy que le Bureau considère la question comme restant ouverte, et qu'il y a lieu d'accéder au désir du gouvernement italien, puisqu'on a ainsi la possibilité de reprendre une question débattue, et qui n'a pas encore reçu de solution acceptable pour toutes les nations. On écrit dans ce sens au Ministre. La section d'astronomie se réunira lundi prochain, et proposera à l'Académie de faire une réponse analogue.

M. Faye parle des travaux de nivellement en Europe, et dit que, pour le zéro des altitudes, la Commission permanente proposera, dans la session de 1891, une décision qui sera soumise au vote de la réunion plénière de 1892.

M. Faye demande à M. Gay si l'on s'est occupé au Ministère des Travaux Publics de remplacer le président de la commission du nivellement, M. [Maxx ?] qui vient de mourir.

M. Gay répond qu'on n'y a pas encore songé.

On discute sur la précision des nivellements. M. Gay appelle l'attention sur une cause d'erreur importante provenant de ce qu'on emploie dans un même pays des observateurs différents dont l'équation personnelle ne doit pas être la même.

M. Fizeau signale la réfraction horizontale qui, avec de grandes variations de température, peut donner lieu à des erreurs sensibles. M. Faye rappelle enfin que ce sont les travaux de Bourdaloue qui ont provoqué tous les nivellements de précision exécutés dans les divers états de l'Europe.

La séance est levée à cinq heures.

Le secrétaire,

F Tisserand

Type de document Procès-verbal
Président de la séance Faye, Hervé (1814-1902)
Transcripteur Muller, Julien
Collection Volume 1886-1890
Citation “Bureau des Longitudes - Séance du 1er octobre 1890”, 1890-10-01, Les procès-verbaux du Bureau des longitudes, consulté le April 20, 2021, http://purl.oclc.org/net/bdl/items/show/4414
FR751142302_006_008339_A.jpg
FR751142302_006_008340_A.jpg
FR751142302_006_008341_A.jpg
FR751142302_006_008342_A.jpg